Je veux vivre les mains ouvertes

Je veux vivre les mains ouvertes

J’ai le désir de vivre ma vie les mains ouvertes. Ouvrir les doigts, y déposer mes rêves, désirs et soupirs et les contempler dans un esprit de lâcher prise.

Est-ce que ça veut dire cesser de désirer ? Non. Personnellement, je n’ai pas envie de cesser de désirer. J’ai plutôt envie de continuer à rêver, mais dans une totale acceptation de ce qui, au final, se présentera à moi. Je me demande si au fond ce n’est pas une manière de vivre en croyant que « everything happens for a reason ».

Je crois que plus je vis et plus j’atteins cet idéal de vie. J’accueille les idées et projets qui se forment en moi, j’oriente mes pas dans cette direction, je fais tout avec persévérance et foi, puis je me réjouis de l’aboutissement, quel qu’il soit. Comme l’affirme la fable du vieil homme chinois, racontée par Lao Tseu, « Bonheur ou malheur, qui sait ? » Peu importe ce qui se présente sur mon chemin, je me rappelle que je ne comprends qu’une partie du contexte général, et même « comprendre » est souvent un bien grand mot…Disons plutôt que je ne vois qu’une partie de ce qu’on appelle le « big picture ».

Concrètement, ça veut dire quoi ?

Voyager les mains ouvertes

Je me permets de lire et de rêver, de viser certaines destinations et activités, de les noter et d’orienter mes choix en fonction d’atteindre ces désirs, mais en sachant voir le positif en toute chose, que la situation tourne comme ce que j’aurais espéré ou non.

Un temple est inaccessible à cause de travaux ? Tant pis, ce temps que j’aurais mis à le visiter, je l’utiliserai pour visiter autre chose qui, peut-être, n’était pas dans mes plans de départ.

Je ne réussis pas à trouver d’hôte Couch Surfing ? Et bien soit, j’irai en auberge de jeunesse. Qui sait qui je rencontrerai dans cette auberge et rendra mon expérience de voyage unique ?

Exceptionnellement le grand site historique que je voulais voir est fermé au public ? Changeons de direction et laissons le vent nous guider !

J’avais le désir d’aller dans telle ville mais tous les transports sont plein ? Pourquoi pas essayer le pouce, ou sinon oser visiter une autre ville, à laquelle je n’aurais peut-être pas pensé ?

Voyager les mains ouvertes apporte de la légèreté à mes voyages, beaucoup de liberté en moi et d’extraordinaires découvertes.

Développer ma carrière les mains ouvertes

À la mi-trentaine au moment où j’écris ces lignes, je peux dire que j’en suis à mon 3e métier. Cela pourrait dénoter une instabilité professionnelle, mais je dirais plutôt que je me permets de faire des choix en restant profondément connectée à celle que je suis et que je deviens jour après jour. J’ai tout d’abord été missionnaire, et quand les gens me demandaient « Seras-tu missionnaire toute ta vie ? », je répondais que je l’ignorais, mais que dans le moment je me sentais réellement à ma place. Comment aurais-je pu me garantir une carrière stable alors que je suis une personne mouvante ? Puis un jour, j’ai senti que je n’étais plus à ma place. Non, le changement n’a pas été facile. Toutefois, j’ai décidé de le vivre les mains ouvertes et d’accepter de laisser aller cette partie de ma vie pour accueillir la prochaine. (Bon ok, ça sonne zen comme transition, mais je dois vous avouer que sur le moment je n’étais pas aussi zen hahaha) Je suis devenue prof de langues, et j’ai travaillé pendant quelques années en entreprise. J’ai aidé à développer un programme de cours adapté à leurs besoins, puis un jour, ma vie m’a montré que mon temps à cet endroit était terminé. J’ai pleuré cette certitude intérieure, mais je sentais que j’étais appelée ailleurs. Est-ce que j’ai un fond de pension garanti ? Non. N’en tient qu’à moi d’économiser. Est-ce que j’ai une sécurité financière, des avantages sociaux, ou même une sécurité d’emploi ? Non, rien de tout ça. Je n’ai que confiance en moi et en ma vie, et j’avance dans ma vie professionnelle les mains ouvertes, à l’écoute de mon appel intérieur.

Vivre ma vie professionnelle les mains ouvertes donne de l’espace aux changements qui prennent place en moi alors que je traverse les saisons de ma vie. Ça m’amène une plus grande liberté.

 

Être amoureuse les mains ouvertes

Être amoureuse les mains ouvertes, c’est oser aimer sans jamais fermer le poing pour garder l’autre à tout prix. Oser chérir, faire des projets et rêver au « nous » sans jamais prendre l’autre pour acquis. C’est l’encourager à se vivre complètement, comme je me vivrai moi-même complètement, en ayant foi que nos chemins continueront de s’épanouir de façon commune pour le temps qui conviendra profondément aux deux. Dans ma vie de couple actuelle, nous le vivons de différentes manières : laisser l’autre voyager seul(e), l’encourager à vivre des amitiés autant avec des hommes qu’avec des femmes, vivre ses passions avec ou sans l’autre, le soutenir dans les projets auxquels son âme l’appelle, même si parfois on a peur de se perdre sur la route…

 Vivre ma vie amoureuse les mains ouvertes m’invite me remplir d’une grande reconnaissance pour chaque jour passé en compagnie de l’autre, et me donne toute la liberté d’être moi à 100%, même au sein d’un couple.

 

 

Croire les mains ouvertes

Depuis que je suis petite que je cherche à faire sens de mon présent. J’ai cherché la Vérité avec un grand V et j’ai cru l’avoir trouvée… Puis après quelques années à y croire passionnément, quelque chose s’est brisé en moi (cliquez ici pour en lire un peu plus).

Long a été le processus qui m’a amenée à quitter la zone du noir et blanc pour atterrir dans celle des fameuses nuances de gris. J’ai résisté longtemps à ouvrir les poings, puis un jour, j’ai commencé oser à croire les mains ouvertes.

Croire les mains ouvertes, c’est me forger une vision du monde par des croyances, des intuitions et des expériences de vie, tout en me souvenant à chaque instant que je n’ai pas la Vérité. C’est explorer ma vie intérieure en acceptant qu’elle est changeante, et que ce qui m’habite aujourd’hui ne m’habitera peut-être plus demain. C’est accueillir l’Autre dans tout ce qu’il est et croit, sans essayer de le convaincre. Et plus que tout, pour moi, c’est essayer de trouver ce qui sonne juste… pour moi.

Croire les mains ouvertes permet aux saisons de passer en moi dans une posture d’accueil, et m’invite à développer mes racines uniques.

 

Je peux imaginer que cette façon de vivre le couple peut ne pas convenir quand on bâtit une famille avec l’autre. La peur que tout s’écroule est forte, très forte. J’ai conscience que c’est la même chose pour la vie professionnelle, surtout quand il est question d’obligations familiales ou d’un niveau de qualité de vie désiré. Personnellement, je choisis pour le moment de vivre avec le moins de paiements et d’attaches possibles afin de réussir à continuer à vivre les mains totalement ouvertes. Je choisis de bâtir ma maison en moi, d’y faire pousser mes racines et de travailler à agrandir mon sentiment de sécurité et de confiance intérieure. Je choisir de croire que tout arrive pour une raison. Je choisis de voir le côté positif en chaque chose.

Et en renforçant cette posture intérieure, je peux vivre plus facilement les mains ouvertes.

Commentaires :

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles

qui pourraient vous intéresser :